Bruxelles, 5 June: 'New Deal 4 Europe' ECI at European Economic and Social Committee

The president of the European Economic and Social Committee, Henri Malosse, invited Philippe Grosjean, vice-chair of the promoting committee of the "New Deal 4 Europe" European Citizens' Initiative, for a presentation of the Initiative during the 499th plenary session to be held in room S3 of the European Commission's Charlemagne building, in Brussels, on Thursday 5 June 2014 at 10 a.m.

Philippe Grosjean will represent the promoting committee together with Paolo Ponzano and Barnard Barthalay.

Other guests of the plenary session of EESC are:
Günther Oettinger, the European Commissioner for Energy, and Jean-Pascal van Ypersele, vice-chair of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC);
Evangelos Venizelos, Greek deputy prime minister and minister for foreign affairs; and
Henryk Wujec, advisor to the president of the Republic of Poland

A detailed report of the presentation of New Deal 4 Europe initiative will follow.  

The following is the draft presentation sent us by Mr. Grosjean.

-- Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les conseillers,

Je tiens à vous remercier très vivement pour l’occasion que vous nous donnez de présenter et de débattre de l’Initiative citoyenne européenne, intitulée NEW DEAL 4 EUROPE, dont l’objectif est d’inviter la Commission européenne à légiférer pour activer un plan européen extraordinaire de développement durable et pour l’emploi. Cette initiative est promue par une large coalition de forces politiques, économiques et sociales réunissant les fédéralistes européens, des syndicats des organisations de la société civile, des maires d’importantes villes européennes et des personnalités du monde culturel.

Dès avant sa formulation définitive et son acceptation formelle par la Commission, cette initiative a fait l’objet d’un MANIFESTE, proclamé le 16 septembre 2013 à Turin, auquel un grand nombre de personnalités ont immédiatement décidé de souscrire. Le président de cette assemblée, M. Henry Malosse a également souscrit à ce manifeste aussitôt que notre ICE a été validée par la Commission. Permettez-moi de vous en faire la lecture exhaustive. (Lecture du Manifeste)

Les deux derniers paragraphes de ce MANIFESTE étaient prémonitoires si l’on en juge par les résultats – et le pourcentage d’abstentions – aux élections européennes du 25 mai dernier. Ces résultats indiquent clairement que l’unification du continent européen est en grand danger. De porteuse de solution, l’Union européenne est perçue par un trop grand nombre de citoyens comme étant la source de leurs problèmes. De « protectrice », l’Union apparaît comme une « menace ».

Notre initiative citoyenne constitue un énergique sursaut pour combattre cette vision menaçante de l’Union ! Et c’est à ce titre que nous attendons de votre Assemblée qu’elle examine le bien fondé des objectifs que nous poursuivons et qu’à la suite du débat contradictoire d’aujourd’hui, elle décide de lui accorder son plein soutien.

Trois défis majeurs nous semblent devoir être examinés avec vous aujourd’hui.

  1. Notre initiative est-elle « constitutionnellement » solidement fondée ? Est-elle conforme aux prescrits du Traité de Lisbonne et des Lois de l’Union ? Certes, la Commission européenne a déjà formellement reconnu l’admissibilité ou l’éligibilité de notre ICE. Mais nous souhaitons examiner avec vous comment nous pourrions ensemble exercer une pression politique sur la Commission pour qu'elle donne une suite rapide à l'initiative citoyenne, en particulier quant au caractère « européen » du plan « extraordinaire » que nous préconisons.

Monsieur Paolo Ponzano, président du Comité italien de notre ICE, est ici présent à mes côtés pour répondre aux questions portant sur ce défi.

  1. Ensuite, notre initiative est-elle « économiquement » bien fondée ? Est-elle une réponse intelligente, appropriée et réaliste pour affronter les défis d’un redéploiement vigoureux, solide et durable de l’économie de l’Union européenne ?

Le Professeur Bernard Barthalay, membre du Comité français de notre ICE, est ici présent à mes côtés pour répondre aux questions portants sur ce défi.

  1. Enfin, notre initiative se doit d’être une démarche foncièrement citoyenne. Elle ambitionne de susciter la prise de conscience d’une double réalité inéluctable.

D’une part, la conscience de ce que les citoyens européens sont de plus en plus interdépendants les uns des autres. Certes, le génie propre de chacun de nos Etats nationaux n’a pas soudainement sombré dans l’oubli, mais il n’est plus à la hauteur des défis de la mondialisation. Face à ces défis, il est illusoire d’imaginer qu’un Etat puisse encore, seul et isolé, assurer la paix et le bien être de son peuple. Notre avenir commun doit être désormais partagé et, pour le forger ensemble, nous devons fusionner nos intérêts communs et ne plus nous contenter d’en maintenir le simple équilibre.

D’autre part, c’est aux citoyens européens qu’il appartient de dire haut et fort quels sont les intérêts communs qu’ils souhaitent fusionner et comment ils souhaitent les fusionner. L’Union doit se construire – non pas seulement « pour » ses citoyens – mais foncièrement et avant tout « avec » le concours de ses citoyens. C’est la raison d’être de leur droit d’initiative citoyenne.

En tant que secrétaire du Forum permanent de la société civile européenne depuis plus de 10 ans, il me reviendra de répondre aux questions relatives à ce troisième défi.



Monsieur le Président

Mesdames et Messieurs les Conseillers,

Nous vous remercions vivement de l’opportunité que vous nous offrez de débattre avec vous de notre initiative et sommes à votre disposition pour répondre à vos questions.



 

 

 

Follow Us!

FacebookTwitterYoutubeFlickrGoogle

Newsletter

Newsletter

Follow Us!

FacebookTwitterYoutubeFlickrGoogle

PARTNERS